Navigation – Plan du site
Lectures

Christian Delporte et Annie Duprat [dir.], L’événement. Images, représentations, mémoire, Grâne, Créaphis, 2003, 265 p. ISBN : 2-913610-29-3. 30 euros

Sylvie Aprile
p. 165-214

Texte intégral

1Tous deux spécialistes de l’image et des médias, Christian Delporte et Annie Duprat ont voulu à travers ce colloque explorer ce qu’est un événement à travers les usages multiples qui en sont faits dans le temps et en histoire. Leur introduction est un modèle du genre construite d’une part sur des rappels notionnels nécessaires (place et part de l’événement, histoire culturelle, conditions de production des interprétations, illustrations et instrumentalisations de l’image) et d’autre part sur une mise en perspective commune des contributions qui constituent l’ouvrage. Le pari d’un dialogue entre histoire moderne et histoire contemporaine est également constitutif du projet; il est conduit avec rigueur et imagination. Nous ne pouvons rendre compte de toutes les contributions et nous regrettons de laisser de côté celles qui ne concernent pas le XIXe siècle et qui sont pourtant – même si la moisson est forcément inégale – de grande qualité. Citons pour mémoire : l’affaire du collier de la Reine réinvestie par Annie Duprat, Dien Bien Phû au cinéma présenté par Pascal Pinoteau, la marche sur Rome revisitée par Marie-Anne Matard et la découverte des dessins de l’adolescent Jean Moulin pendant la Grande Guerre par Joëlle Beurrier. Le XIXe siècle est présent dans quatre communications, soit près du quart d’entre elles. Thomas Bouchet y explore son terrain de prédilection : les éclats – ici iconographiques – des insurrections qui jalonnent les années 1830. Si La Liberté guidant le peuple et L’assassinat de la rue Transnonain semblent l’endroit et l’envers de ces mouvements insurrectionnels, il est bien d’autres images qui voient s’affronter forces de l’ordre et insurgés. Ce qui intéresse ici Thomas Bouchet, c’est l’écart ou plutôt le décalage entre le « réel » et son récit ici vu comme sa mise en image, les représentations iconographiques étant difficiles à mobiliser car elles sont discordantes et à la marge de l’événement. En faisant retour sur les représentations les plus talentueuses de Daumier et Delacroix, il distingue chez elles, une part d’émotion et d’« allégorie du réel » selon l’expression de Ségolène Le Men, qui en fait des représentations certes inexactes peut être au sens factuel mais qui approchent au plus près le sens et l’idée de l’insurrection.

2Olivier Le Trocquer explore de manière différente une autre journée majeure, celle du 4 septembre 1870. Ici, peu ou pas d’images, des inscriptions surtout, qui sont les traces d’un événement non présent et peu représenté. Si l’explication en est aisée (jour de la défaite et surimposition des images de la Commune), l’absence de construction mémorielle est effectivement une interrogation qui méritait d’être ainsi posée. Emmanuel Fureix rappelle au contraire l’importance de la « médiatisation » de la mort de Napoléon et sa commémoration durant une décennie de 1821 à 1831. Une centaine de gravures et de lithographies traduisent les formes de cristallisations multiples et parfois contradictoires engendrées par cet évènement. Il est tout d’abord dénié puis la légende dorée s’empare de l’imagerie funèbre. Celle-ci prend une ampleur majeure en raison de l’impossible rite funéraire. Le tableau d’Horace Vernet intitulé L’apothéose de Napoléon est l’objet d’un véritable pèlerinage. Si les objets-fétiches ornés de portraits privilégient la représentation de l’Empereur vivant, la mort et le passage dans l’au-delà restent les thèmes de prédilection des gravures remplissant jusqu’au retour des cendres, la fonction de simulacres de rites funéraires. Qui ne connaît pas le tableau de Jean-Paul Laurens, La mort de l’empereur Maximilien?Nelly Archondoloulis-Jaccard en restitue précisément les conditions de production en montrant comment la peinture d’histoire est ici adaptée au « goût social ». La simplicité de la scène, le costume du principal protagoniste disent non le traitement héroïque mais la banalisation bourgeoise de ce qui peut aussi s’apparenter à un fait divers. On le voit, chacun des contributeurs légitime l’intérêt qui semble acquis, mais souvent de façon plus programmatique qu’effective, d’une analyse de l’image qui au même titre que la littérature n’a pas vocation à une approche illustrative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Aprile, « Christian Delporte et Annie Duprat [dir.], L’événement. Images, représentations, mémoire, Grâne, Créaphis, 2003, 265 p. ISBN : 2-913610-29-3. 30 euros », Revue d'histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, 165-214.

Référence électronique

Sylvie Aprile, « Christian Delporte et Annie Duprat [dir.], L’événement. Images, représentations, mémoire, Grâne, Créaphis, 2003, 265 p. ISBN : 2-913610-29-3. 30 euros », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 34 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/1512

Haut de page

Auteur

Sylvie Aprile

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page