Navigation – Plan du site

De l'esclavage et du bagne en Guyane française

Danielle Donet-Vincent

Résumés

L'auteur montre ici que l'abolition de l'esclavage en 1848 et l'envoi des premiers transportés sont deux événements non seulement intrinsèquement liés mais de même nature, qui assimilent dans la tête des législateurs le condamné à l'esclave. Il faut souligner que les condamnés sont ici des volontaires. Mais l'encadrement religieux, la discipline et surtout la disparition de l'individu derrière un matricule montrent une volonté de destituer les condamnés de leur dignité, de faire d'eux un instrument de travail attaché au sol de la Guyane, mais sans droit sur celui-ci. Même les concessionnaires libérés restent soumis à un contrôle permanent dans leurs agissements privés et placés sous la menace constante de se voir retirer leurs terres et leurs troupeaux.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Esclavage, Bagne, Guyane
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Donet-Vincent, « De l'esclavage et du bagne en Guyane française », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 18 | 1999, mis en ligne le 10 septembre 2008, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/149 ; DOI : 10.4000/rh19.149

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page