Navigation – Plan du site

Fête publique et citoyenneté. 1848, une tentative de régénération civique par la fête

Rémi Dalisson

Résumés

Les hommes de 1848 ont eu à cœur de montrer que la politique est aussi affaire de symboles et dès sa naissance la Seconde République a voulu renouer les fils de l'histoire festive de la Révolution française tout en tenant compte des captations d'héritage réalisées par la Monarchie de Juillet, héritière elle aussi d'une tradition de fêtes publiques. L'auteur montre que le gouvernement a immédiatement voulu donner une légitimité à ses fêtes citoyennes. Il a légiféré très rapidement et surpasse par le nombre des décrets tous les régimes précédents et même suivants. Les célébrations obéissent à un rituel qui se veut très didactique. Même les divertissements de l'après midi qui succèdent aux démonstrations religieuses et politiques tendent à souligner la rupture avec la fête monarchique : les sociétés musicales et les bals populaires sont là aussi pour témoigner de l'idéal égalitaire et collectif de février. Le succès de la fête va varier aussi selon la saison et suit le cours des événements. Comment alors percevoir l'accueil et la participation de la population ? La géographie locale des fêtes — vue ici à travers deux départements, ceux de la Seine-et-Marne et de la Seine-Inférieure — et la fréquence des incidents traduisent une politisation croissante de la fête qui montre que ses enjeux idéologiques sont tout à fait compris du public.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

1848, Citoyenneté, Fête
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Dalisson, « Fête publique et citoyenneté. 1848, une tentative de régénération civique par la fête », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 18 | 1999, mis en ligne le 04 septembre 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/147 ; DOI : 10.4000/rh19.147

Haut de page

Auteur

Rémi Dalisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page