Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Noël Luc et Gilbert Nicolas, Le Temps de l’école. De la maternelle au lycée, 1880-1960, Paris, Éditions du Chêne-Hachette Livre, 2006, 311 p. ISBN : 2-84277-572-4. 45,50 euros.

Jean-Claude Caron
p. 165-214

Texte intégral

1Il est des ouvrages qui échappent à une catégorisation unique. C’est le cas de celui-ci qui relève à la fois de la catégorie « beaux livres », par son format et la richesse de son iconographie (plus de 400 documents, dont certains en pleine page); de la catégorie « ouvrages grand public », par son thème et la façon dont il est abordé; et enfin de la catégorie « ouvrages spécialisés », si l’on en juge par la qualité du texte, et en particulier de celui des légendes accompagnant les photographies. À sa façon, ce livre milite d’abord pour la prise en compte, pleine et entière, de la source photographique par l’historien. L’école s’y prête d’autant mieux qu’elle est comprise ici comme un mot générique couvrant l’ensemble constitué par les écoles maternelle, primaire et secondaire, mais aussi par ses formes parallèles (enseignement spécialisé, enseignement professionnel, éducation surveillée), incluant le parascolaire (scoutisme), le tout dans une chronologie longue et pour une France incluant son empire colonial. Tant les bornes chronologiques que les bornes géographiques et thématiques adoptées par les auteurs concourent donc à une vision large et aussi complète que possible d’une école au cœur de la Cité. Car ce petit siècle qui s’étend des lois Ferry aux années 1960 est bien le siècle d’or de l’école – ajoutons : de l’école républicaine, tant la République a su construire son image comme celle de la promotion de l’école et par l’école.

2La première des six rubriques de l’ouvrage aborde la question de l’offre scolaire en relation avec la demande sociale : entre école du peuple et école des notables, entre garçons et filles, entre public et privé, les documents réunis montrent que l’adaptation de l’offre ne vise pas tant à réduire structurellement les inégalités sociales ou entre les genres qu’à permettre à chaque catégorie de bénéficier d’une instruction conforme à ses attentes et aux besoins de la société. La photographie témoigne crûment de ces différences, accentuées encore dans le cas de l’école dans les colonies. Et la guerre scolaire, déclarée ou sourde, demeure une réalité qui s’inscrit dans la longue durée. Il apparaît du reste que la mise en scène photographique qui émane de la plupart de ces clichés ne saurait évidemment traduire la quotidienneté d’une école moins ensoleillée, parfois plus monotone et répétitive que lors de ces cérémonies, visites de personnalités (Lyautey au Maroc) ou réunions de promotions. La deuxième rubrique est consacrée au personnel enseignant : toutes les catégories sont ici concernées, avec un net décalage en faveur du personnel masculin, mais aussi les associations syndicales, professionnelles et mutuelles encadrant ces personnels. C’est bien du « corps » enseignant dont il est question ici, un corps qui représente une catégorie politique, syndicale, culturelle de poids, n’hésitant pas à intervenir dans la vie de la Cité. On émettra un regret pour cette partie : la trop faible présence du maître d’étude, autrement dit du « pion » ou du surveillant, personnage-clef de l’enseignement secondaire.

3La troisième partie, « Instruire et éduquer », s’attache à la présentation de documents privilégiant le maître ou le professeur en action : d’où des clichés le plus souvent très « posés », donnant l’impression d’une énergie infantile captée ou canalisée par la magie du verbe ou du geste traduisant à la fois l’auctoritas et la potestas de l’enseignant sur les enseignés. Illusion, certes, mais suffisamment partagée pour donner l’impression du « vrai » : ainsi de la phrase de morale écrite au tableau – une survivance jusque dans les années 1960 –, de l’apprentissage de l’écriture porte-plume en main, du banc d’école et du mobilier scolaire, etc. Mais on cultive aussi le corpore sano, et pas seulement le mens sana, en particulier dans l’enseignement secondaire masculin. Et quelques grandes figures assez antithétiques sont révélées par l’image : Alain, professeur de khâgne de grande réputation, ou Célestin Freinet, promoteur d’une école alternative qui dut s’émanciper de l’Éducation nationale pour survivre. Les auteurs donnent, et c’est heureux, une place importante à différentes formes alternatives de scolarisation primaire et secondaire. La quatrième partie s’attaque aux rites et aux rythmes scolaires. L’élève est au cœur de documents dont certains apparaissent moins posés : l’élève dans et hors de la classe, sous différents régimes (internat/externat), dans différentes activités; mais l’élève soumis à des obligations scolaires pas toujours acceptées et se révoltant parfois, entrant alors dans le cycle de la punition et du châtiment ou, plus simplement, sanctionné pour l’insuffisance de ses résultats. On n’hésite pas, en Bretagne, à mettre en scène le « char aux ânes », image de l’humiliation scolaire, à laquelle s’oppose le triomphe des « bons » élèves lors de la traditionnelle cérémonie de remise des prix. L’élève est également pris en charge, tant par des organisations laïques que confessionnelles, hors temps scolaire. Mais on ne voit guère, dans cette partie, quelle est la place des familles, pourtant présentes dès les années 1880, et parfois en conflit avec l’école.

4« Préparer et vivre la guerre », tel est le titre de la cinquième partie, d’autant plus justifiée que la chronologie retenue couvre une histoire allant des lendemains de la défaite de 1870 à la guerre d’Algérie. Des très beaux documents témoignent des multiples façons dont la guerre se greffa sur l’école, depuis les bataillons scolaires jusqu’aux réquisitions de bâtiments, mais aussi à la mobilisation des maîtres. L’école fut également, pour ces mêmes maîtres, un foyer de pacifisme, en particulier au lendemain de la Première Guerre mondiale. Les années Vichy confrontent le lecteur à des documents qui illustrent l’application en milieu scolaire de la politique antisémite du gouvernement de Pétain : ainsi de ces clichés d’enfants aux blouses portant l’étoile jaune non pas à la demande des nazis, mais de l’État français. On saisit ce que fut alors la politique de la jeunesse en termes de discrimination, d’encadrement et d’endoctrinement. La sixième partie aborde l’école du début des Trente Glorieuses. Si elle échappe de fait au XIXe siècle, ce dernier reste pourtant perceptible dans une façon de « faire l’école » pas si différente, en définitive, de celle du temps de l’école de Ferry, malgré de réelles innovations pédagogiques.

5Les années soixante représentent bien une frontière chronologique pour l’école. Au-delà des mutations fondamentales apportées dans l’organisation scolaire par les « années 68 », ce sont des mutations sociales et culturelles globales qui modifient le regard porté sur l’école par la société et parfois par l’école elle-même. Il convient donc de prendre cet ouvrage pour ce qu’il donne au lecteur : un état des lieux sur près d’un siècle d’une institution autour de laquelle la France s’est progressivement construite une identité, mais sans jamais abandonner des clivages forts, comme par exemple ceux liés aux inégalités sociales, au genre ou aux appartenances religieuses. Il n’y eut jamais une école en France, mais des écoles. Ce livre en témoigne : ni célébration, ni polémique, il expose la diversité des enseignements dispensés, la conviction des promoteurs de l’école républicaine comme de l’école confessionnelle, la routine comme l’innovation pédagogique, les succès et les audaces comme les échecs et les résistances d’une institution qui n’est jamais que le reflet de la société dans laquelle elle s’enracine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « Jean-Noël Luc et Gilbert Nicolas, Le Temps de l’école. De la maternelle au lycée, 1880-1960, Paris, Éditions du Chêne-Hachette Livre, 2006, 311 p. ISBN : 2-84277-572-4. 45,50 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, 165-214.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Jean-Noël Luc et Gilbert Nicolas, Le Temps de l’école. De la maternelle au lycée, 1880-1960, Paris, Éditions du Chêne-Hachette Livre, 2006, 311 p. ISBN : 2-84277-572-4. 45,50 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 34 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/1452

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page