Navigation – Plan du site

Élargissement de la citoyenneté, limitation de la naturalisation : la conscription, pierre de touche du débat

Annie Crépin

Résumés

On ignore souvent qu'au siècle dernier, la mise en place du service militaire a été débattue en parallèle avec la construction de la citoyenneté française. L'un des enjeux communs à ces deux débats est le devoir de l'étranger à l'égard de la conscription, perçue comme un fardeau. L'exemption relève toujours du " privilège " qui au nom de l'égalitarisme doit être supprimé. Mais bien entendu toute extension du service militaire conduit à définir des règles et des normes qui font affleurer des conceptions antagonistes de l'identité française. Comment affirmer le caractère national de l'armée sans accorder de droits civiques ? Doit-on privilégier une démarche volontaire sur l'automaticité ? À partir de combien de générations peut-on accorder la nationalité française ? Doit-on étendre la naturalisation ? Toutes ces questions posées en 1831 puis en 1848 ne seront réglées simultanément qu'en 1889, par la loi confèrant la nationalité à la seconde génération et celle créant la version républicaine du service militaire.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Crépin, « Élargissement de la citoyenneté, limitation de la naturalisation : la conscription, pierre de touche du débat », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 18 | 1999, mis en ligne le 10 septembre 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/145 ; DOI : 10.4000/rh19.145

Haut de page

Auteur

Annie Crépin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page