Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe Boutry et André Encrevé [dir.], Vers la liberté religieuse : la séparation des Églises et de l’État, actes du colloque organisé à Créteil les 4 et 5 février 2005 par l’Institut Jean-Baptiste Say de l’Université Paris XII-Val-de-Marne, Bordeaux, Éditions Bière, 2006, 346 p. ISBN 2-85276-090-8, 29 euros.

Mathilde Guilbaud
p. 165-214

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 02 juillet 2007.

1Parmi la profusion de manifestations auxquelles a donné lieu la commémoration du centenaire de la loi de séparation des Églises et de l’État, ce colloque tient une place éminente, tant par la variété des contributions que par l’ampleur des questions envisagées. En insistant sur la notion de liberté religieuse, plutôt que sur l’idée de laïcité, André Encrevé et Philippe Boutry entendent souligner non l’esprit dans lequel certains ont voté la loi, mais la liberté religieuse qu’elle a autorisée en pratique.

2La loi de séparation est replacée dans le contexte historique qui la précède, le temps du « discordat », marqué par l’accroissement des tensions entre État et Église catholique. Dans quelle mesure, interroge Philippe Boutry, l’État républicain est-il un État libéral dans le champ religieux? Nicolas Robert décrit l’évolution du régime légal des cultes vers la séparation de la société civile et de la société politique, la difficulté de la reconnaissance par l’État – notamment grâce à la loi de 1901 – d’une personnalité morale autre que la sienne. En décembre 1906, la violence de l’expulsion du représentant officieux du pape à Paris illustre le refus de la part du gouvernement français de reconnaître le Saint-Siège comme un sujet de droit international (Gilles Ferragu). Jean-Pierre Moisset mesure l’expression financière des tensions entre Église catholique et État à travers l’érosion constante du budget des cultes. La loi de 1905 marque à la fois l’aboutissement et la fin des mesures anticléricales, elle annonce un apaisement. Rémi Fabre insiste sur le rôle d’une minorité de députés socialistes « transigeants » dans l’élaboration d’une loi libérale. Jacqueline Lalouette souligne combien les libres penseurs, ardents séparatistes, ont été déçus par cette loi « pieuse ». Christian Sorrel dévoile l’ambiguïté de la position de l’État face aux religieux exilés à l’étranger à la suite des lois anticongréganistes : leur instrumentalisation pour garantir la présence française dans le monde ne constitue-t-elle pas une forme d’anticipation du changement de climat qui survient entre la loi de 1901 et la loi de 1905, dans le sens d’une cohabitation, sinon d’une réconciliation, des deux France?

3La loi de séparation consacre une évolution du rapport entre l’État et les cultes, et contribue à l’élaboration de la laïcité française. L’intervention de Buket Türkmen souligne le rôle du modèle français dans la construction de l’État turc moderne. Les critiques portées depuis les années 1980 à la politique de laïcisation républicaine révèlent en réalité la profondeur de la modernisation de la société turque, dans laquelle la culture religieuse n’entre pas en contradiction avec l’occidentalisation. Dans cette partie consacrée aux « Échos de la séparation à l’étranger », la lecture britannique de la crise de la séparation (Michel Rapoport) apporte un regard décalé sur le monde catholique français. Le Times soutient la loi et la ligne libérale défendue par Aristide Briand, il réserve toutes ses critiques au Saint-Siège et aux catholiques intransigeants, dépeints comme des « ultramontains » fanatiques. Récusant le terme d’ultramontains, Philippe Boutry montre l’originalité de la position de ces catholiques intransigeants. Par leur lecture eschatologique de la séparation, par leur respect de la ligne de conduite radicale dictée par le Saint-Siège, ils ont favorisé la rupture avec l’État. Le refus catholique de la loi contribue à rendre le bilan matériel de la séparation largement positif pour les finances publiques (Béatrice Touchelay). Mais les catholiques intransigeants ont su imposer à l’État le respect de l’institution catholique dans son organisation interne. Quant aux catholiques « transigeants », Pierre Colin distingue parmi eux des transigeants résignés et des « transigeants actifs » qui attendent de la séparation la libération de l’Église, sur le modèle américain. L’espoir de voir l’épiscopat libéré des entraves concordataires est cependant vite déçu : Jacques-Olivier Boudon montre que la liberté accordée par la loi de séparation aboutit à un renforcement du contrôle de Rome sur les évêques français.

4Une des spécificités de ce colloque est d’avoir réservé une place importante à la réflexion théorique sur la séparation, au sein des divers courants politiques, religieux et spirituels français (« Pensée religieuse et séparation »). Judaïsme et protestantisme ont en commun d’admettre le principe de séparation, pour des raisons tant théologiques qu’historiques, même s’ils craignent de perdre les avantages acquis à travers les Articles organiques, protection de l’État et statut d’égalité par rapport au catholicisme (Rita Hermon-Belot, André Encrevé). Lors des débats parlementaires, devant le silence des institutions juives (Jean Laloum), les protestants deviennent de facto les porte-parole des minorités religieuses et prennent en charge les intérêts du judaïsme. Mais la loi de séparation a des effets contrastés sur ces deux communautés. Dans la continuité des tentatives de construction d’une structure représentative de l’ensemble protestant au XIXe siècle, Patrick Harismendy souligne combien la Fédération protestante de France, créée en 1905, demeure une organisation virtuelle, au moins jusqu’en 1909. La loi de séparation révèle le caractère artificiel de l’unité administrative mise en place par les Articles organiques et aggrave les divisions du monde protestant (Catherine Storne-Sengel). Au contraire, le régime de centralisation du culte israélite survit à la loi (Philippe Landau).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Guilbaud, « Philippe Boutry et André Encrevé [dir.], Vers la liberté religieuse : la séparation des Églises et de l’État, actes du colloque organisé à Créteil les 4 et 5 février 2005 par l’Institut Jean-Baptiste Say de l’Université Paris XII-Val-de-Marne, Bordeaux, Éditions Bière, 2006, 346 p. ISBN 2-85276-090-8, 29 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, 165-214.

Référence électronique

Mathilde Guilbaud, « Philippe Boutry et André Encrevé [dir.], Vers la liberté religieuse : la séparation des Églises et de l’État, actes du colloque organisé à Créteil les 4 et 5 février 2005 par l’Institut Jean-Baptiste Say de l’Université Paris XII-Val-de-Marne, Bordeaux, Éditions Bière, 2006, 346 p. ISBN 2-85276-090-8, 29 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 34 | 2007, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://rh19.revues.org/1442

Haut de page

Auteur

Mathilde Guilbaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page