Navigation – Plan du site
Lectures

Vincent Milliot [dir.], Les mémoires policiers (1750-1850). Écritures et pratiques policières, du siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 415 p. ISBN : 2-7535-0263-3. 22 euros.

Frédéric Chauvaud
p. 165-214

Texte intégral

  • 1 . John Merriman, Police Stories. Building the French State, 1815-1851, Oxford, Oxford University Pr (...)
  • 2 . Voir Michel Foucault, «The Political Technology of Individuals», dans Luther H. Martin, Huck Gutm (...)
  • 3 . Dominique Kalifa, «Les mémoires de policier au XIXe siècle : l’émergence d’un genre?», dans Crime (...)

1L’ouvrage collectif dirigé par Vincent Milliot, professeur d’histoire moderne à l’Université de Caen Basse-Normandie, s’inscrit dans le sillage d’un renouveau d’intérêt pour l’histoire de la police : dictionnaire, articles, ouvrages divers, à l’instar de ceux de John Merriman ou de Clive Emsley et Haia Shpayer-Makov 1. Jusqu’à une date récente cependant, l’histoire de la police, du moins pour la période concernée, s’est surtout attachée à la description des grands rouages, à la présentation des organigrammes de l’institution ou encore à des portraits de quelques policiers « célèbres », comme ceux de Canler ou de Monsieur Claude, tous deux anciens chefs du service de Sûreté. On le sait, les approches relatives à l’écriture policière ne peuvent totalement se déprendre du Traité de police de De Lamare (1705). Son œuvre n’est certes pas celle d’un mémorialiste, mais d’un essayiste présentant son travail comme une sorte de manuel systématique. Ces aspects ont arrêté Michel Foucault qui en avait fait en quelque sorte le point de départ de la systématisation de la pratique administrative française. En effet, « la société et les hommes en tant qu’être sociaux, individus forts de tous leurs rapports sociaux : tel est désormais le véritable objet de la police »2. Pour le XIXe siècle, Dominique Kalifa a livré une étude particulièrement fouillée sur les écrits des policiers, sans doute inaugurés par Vidocq (1828). Cernant l’émergence d’un genre, suivant son épanouissement, puis sa relative banalisation, s’interrogeant sur ce que prendre la plume veut dire et s’attardant sur la « gloire de l’enquêteur », il montre que s’ils n’ont au bout du compte rien de très spécifique, ils participent en revanche d’une entreprise de réhabilitation du métier de policier, acteurs de l’ombre et des pratiques inavouables, devenus héros des temps modernes 3. Le parti pris de Vincent Milliot consiste à dire qu’il n’existe pas, du moins en France, un seul modèle de police – le modèle parisien – mais des modèles provinciaux ouvrant la voie à une véritable étude comparative. De la sorte, il importe d’analyser la situation de la police en refusant le seul prisme parisien et les références à une unique « grille centralisatrice ». D’autant que les « mémoires » correspondent à plusieurs visées : tantôt il s’agit de réformer, surtout sous l’Ancien Régime, l’activité policière afin de retrouver une sorte d’âge d’or d’un ordre invariable, défiant les siècles, tantôt au contraire, il s’agit de se projeter dans l’avenir afin de proposer un idéal d’ordre non encore atteint. Aussi le livre proposé aujourd’hui, véritable entreprise collective, entend poser un certain nombre de questions majeures et suivre l’autonomisation de la police, sa spécialisation et sa professionnalisation, faire l’inventaire des types d’action, de leurs avatars. Les « mémoires » policiers ne sont toutefois pas des livres de souvenirs où l’auteur rassemblant des éléments que sa mémoire a conservés, ou que ses notes ont figés, se met en scène et restitue un fragment de l’histoire de la police, ce sont des textes variés et parfois hybrides qui entendent réformer la police. Par leur forme, leurs visées, leur diffusion, leur style aussi, ils constituent bien un genre mis au service d’une certaine manière de la « culture policière ». Parmi les auteurs du présent volume, nombreux sont ceux qui ont contribué depuis peu à renouveler les approches et les problématiques, notamment Quentin Deluermoz, Vincent Denis, Catherine Denys, Arnaud-Dominique Houte, Pierre Karila-Cohen, Patrice Peven, Xavier Rousseaux…

  • 4 . Pascale Laborier, Frédéric Audren, Paolo Napoli, Jakob Vogel [dir.], Les sciences camérales : act (...)

2Intitulé Les Mémoires policiers, l’entreprise conduite par Vincent Milliot s’intéresse donc aux écritures et pratiques policières du milieu du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle. Précédé par une solide mise en perspective des « mémoires » de police due à Vincent Milliot, qui reprend en partie sa présentation des « mémoires policiers » au XVIIIe siècle dans un livre collectif sur les sciences camérales 4, l’ouvrage proposé, divisé en trois parties, chacune précédée d’une introduction ramassée et alerte, s’avère convaincant et stimulant. Les écrits policiers analysés ne sont ni des récits de vie, ni des autobiographies, mais bien des « textes en réseau » dont les visées sont nombreuses, puisqu’il s’agit de « multiplier ses instruments de contrôle et ses moyens de coercition », mais aussi de « justifier ses manières de faire », de « définir son rôle », et de « coordonner l’action de ses agents ». Bref ce sont des textes « d’actualité » qui constituent un véritable genre, sans doute inauguré par Le Mémoire sur la police de Paris en 1770, écrit par le commandant Lemaire et destiné à un public de spécialistes et sans avoir la volonté de rivaliser avec le succès du livre de De Lamare. Dans la première partie, on notera les apports de Clarisse Coulombe sur Joseph Vallet, lieutenant de police de Grenoble, de Pascal Brouillet sur le Devoir des officiers et cavaliers de maréchaussée, reflet avant l’heure, de la professionnalisation des institutions policières, de Catherine Denys, qui porte l’éclairage sur la réforme lilloise de 1747-1748, de Stéphane Nivet qui scrute le mémoire du commissaire général de police de Lyon, remplacé en 1809, mais demeurant une des figures de la police napoléonienne, puisqu’il deviendra le Directeur de la police dans le gouvernement de Toscane.

3La deuxième partie intitulée « Écrire pour réformer la police » s’ouvre par une contribution de Vincent Denis sur les trois mémoires rédigés par Pudeffer fils entre 1747 et 1749 à Bordeaux; se poursuit par le débat sur la réforme de la police de Strasbourg à partir de seize mémoires rédigés entre 1782 et 1788; se prolonge par l’examen entrepris par Stéphane Perréon, de l’impossible réforme à Nantes; et se referme par l’étude des Essais historiques et critiques de la maréchaussée de Cordier de Perney menée par Pascal Brouillet.

4« Écrire pour régénérer ou refonder la police » constitue la troisième partie qui aborde le XIXe siècle. Patrice Péveri procède à une relecture fine des Principes généraux sur le service des compagnies à pied et à cheval de la garde de Paris… tandis que Bernard Gainot et Vincent Denis traquent les conceptions du maintien de l’ordre chez Sieyès à partir d’un manuscrit inédit (Règles de conduite pour les gendarmes en fonction…) de février 1791, et que Bernard Gainot et Franck Vandeweghe s’intéressent au projet d’organisation ou de recomposition de la gendarmerie coloniale à Saint-Domingue. Pierre Karila-Cohen, Quentin Deluermoz, Arnaud-Dominique Houte abordent chacun le premier XIXe siècle et portent l’analyse sur la crise de la police en 1814, respectivement à partir d’un texte de Jacques Peuchet, véritable polygraphe, sur les interrogations des années « trente », à partir du Guide des sergents de ville de l’officier de paix Barlet et de la crise de la gendarmerie au mitan du siècle, et enfin à partir des trente-deux pages de Réflexions sur l’organisation de la gendarmerie du lieutenant Charles-Auguste Godey de Mondésert. Au XIXe siècle, celui qui prend la plume apparaît tour à tour désenchanté, expert, visionnaire, assembleur, carriériste, nostalgique, missionnaire, simple témoin… Le volume se referme par une contribution riche et informée, en forme de bilan, de Xavier Rousseaux qui pose notamment la question du policier français « miroir et repoussoir » et celle du temps de l’action, se demandant au final s’il a existé une internationale des écrits policiers.

  • 5 . Michel Audoin, Arnaud Teyssier, Jean Tulard, Histoire et dictionnaire de la police, du moyen-âge (...)

5Au total, il s’agit donc d’un ouvrage important qui saisit les continuités et les ruptures, s’intéresse bien sûr à la professionnalisation d’un corps, pose les jalons d’une réflexion d’ensemble sur la construction de l’État et sur l’affirmation identitaire de policiers en quête de reconnaissance, soucieux aussi de légitimer une action policière mise au service d’un grand dessein. Débordant la césure de la Révolution française, en amont et en aval, le projet conduit par Vincent Milliot présente quelques-unes des recherches les plus actuelles à la fois sur la police et sur l’écriture des acteurs institutionnels de l’État, il comble aussi un des manques de l’Histoire et dictionnaire de la police, du moyen-âge à nos jours 5. Précisons encore, qu’aux trois cents pages de textes d’un volume très homogène, construit comme un véritable livre, s’ajoutent des annexes, une centaine de pages offrant aux lecteurs des exemples de « mémoires » policiers.

Haut de page

Notes

1 . John Merriman, Police Stories. Building the French State, 1815-1851, Oxford, Oxford University Press, 2006 (voir notre compte rendu dans la Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 33-2006/2); Clive Emsley et Haia Shpayer-Makov, [dir.], Police Detectives in History, 1750-1950, Londres, Ashgate, 2006.

2 . Voir Michel Foucault, «The Political Technology of Individuals», dans Luther H. Martin, Huck Gutman et Patrick H. Hutton (ed.), Technologies of the Self, Amherst : University of Massachusetts Press, 1988.

3 . Dominique Kalifa, «Les mémoires de policier au XIXe siècle : l’émergence d’un genre?», dans Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, p. 67-102.

4 . Pascale Laborier, Frédéric Audren, Paolo Napoli, Jakob Vogel [dir.], Les sciences camérales : activités pratiques et dispositifs publics, Paris, Presses universitaires de France, 2006.

5 . Michel Audoin, Arnaud Teyssier, Jean Tulard, Histoire et dictionnaire de la police, du moyen-âge à nos jours, Paris, Robert Laffont, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Chauvaud, « Vincent Milliot [dir.], Les mémoires policiers (1750-1850). Écritures et pratiques policières, du siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 415 p. ISBN : 2-7535-0263-3. 22 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, 165-214.

Référence électronique

Frédéric Chauvaud, « Vincent Milliot [dir.], Les mémoires policiers (1750-1850). Écritures et pratiques policières, du siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 415 p. ISBN : 2-7535-0263-3. 22 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 34 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/1412

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page