Navigation – Plan du site

Maurice et La Réunion : deux îles de l'océan Indien face à la France de 1848

Bernard Lejeune et Évelyne Lejeune-Resnick

Résumés

Dans l'île Maurice et celle de la Réunion, l'avènement de la Seconde République met en lumière les tensions sociales à l'œuvre dans ces sociétés coloniales. L'île Maurice, colonie anglaise et francophone où l'esclavage a été aboli depuis 1834, est dominée par des familles blanches, haïssant l'Angleterre, vivant dans le souvenir de la France de 1789 et espérant de l'élection de Louis-Napoléon Bonaparte un retour dans le giron de la France, même si le régime républicain n'a pas vraiment leurs faveurs. La Réunion, colonie française est confrontée à l'abolition de l'esclavage, effective en décembre 1848, et qui heurte les intérêts politiques et économiques de colons hostiles à la république, malgré les efforts du commissaire envoyé par Paris. Les affranchis, ne montrent guère plus d'enthousiasme envers la révolution de février : leurs préoccupations essentielles se portent sur le droit au travail plutôt que sur l'exercice de la citoyenneté.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

1848, Iles
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lejeune et Évelyne Lejeune-Resnick, « Maurice et La Réunion : deux îles de l'océan Indien face à la France de 1848 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 16 | 1998, mis en ligne le 10 septembre 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/131 ; DOI : 10.4000/rh19.131

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page