Navigation – Plan du site
Lectures

Callum G. Brown, The Death of Christian Britain. Understanding Secularisation, 1800-2000, Londres/New York, Routledge, 2001, 256 p. ISBN 0-415-24184-7. Relié : 65 livres sterling ; broché : 18,99 livres sterling.

Julien Vincent
p. 169-232

Texte intégral

1La couverture du livre, aux couleurs de l’Union Flag, montre une statuette du Christ délaissée au coin d’une pièce. Face à elle, une chaise au bleu passé est couverte d’une épaisse couche de poussière. En arrière plan, sur les murs moisis de ce qui ressemble à un presbytère abandonné ou à un ancien local associatif, on distingue plusieurs générations de papiers peints rouges et blancs. Cette image d’un monde perdu résume bien le propos de Callum G. Brown qui s’attache à démontrer l’unité d’un très long dix-neuvième siècle religieux, entre 1800 et 1960. La « mort de la Grande-Bretagne chrétienne » n’est pas ici celle des rapports entre la monarchie et les deux Églises établies d’Angleterre et d’Écosse, ni celle de la foi chrétienne elle-même, mais concerne plutôt un niveau intermédiaire, appelé discursive Christianity, qui désigne (en référence à Michel Foucault) les « protocoles de l’identité personnelle » tels qu’ils s’inscrivaient dans les comportements mais aussi dans les récits de vie. La démonstration s’appuie sur deux grands types de sources qui nourrissent aussi les deux thèses principales de l’auteur.

2Callum G. Brown s’attache en premier lieu (chapitres 2, 3 et 7) à relire les sources statistiques du XIXe siècle en s’intéressant de près à leur genèse. Afin de réfuter une interprétation ancienne qui veut que le déclin de l’influence des Églises soit issu de l’industrialisation et de l’urbanisation, l’auteur insiste sur la nécessité de reconstruire la genèse de ces sources quantitatives afin de saisir les présupposés qui étaient à l’œuvre dans l’établissement des conventions de mesure qui les sous-tendaient. Conçues et fabriquées dans la première moitié du XIXe siècle, les statistiques religieuses seraient inséparable d’un projet évangélique symbolisé par la figure du prédicateur écossais Thomas Chalmers (1780-1847), pionnier de la « thèse de la sécularisation » telle qu’elle fut reprise par les historiens dans les années 1960 et 1970, et promoteur d’un renouveau religieux dont l’importance a beaucoup été soulignée depuis une quinzaine d’années. Mais alors que le livre de Boyd Hilton The Age of Atonement (Oxford, Clarendon Press, 1988) montrait surtout l’impact de l’évangélisme sur l’imaginaire économique et social du premier XIXe siècle, Callum G. Brown fait pour sa part un lien fort entre la dénonciation évangélique de la « sécularisation » des classes populaires urbaines et le projet d’une connaissance statistique de la pratique religieuse.

3Plutôt qu’un dispositif centralisé, l’évangélisme est décrit comme un ensemble de représentations et de pratiques organisées de façon autonome au sein des congrégations locales, dans lesquelles les visites à domicile, une vie associative particulièrement dense, et la publication de centaines de milliers de tracts, véritable « économie du salut », contribuaient à « privatiser la foi » et à rendre les individus plus autonomes vis-à-vis des autorités ecclésiastiques. L’auteur suggère, sans véritablement le démontrer, que la constitution de statistiques religieuses à l’époque victorienne s’appuya sur ces nouvelles pratiques, notamment sur la visite à domicile qui permettait aux porteurs du message évangélique de rentrer dans l’intimité des foyers. Il propose en outre une réinterprétation de ces statistiques qui tend à réévaluer les pratiques individuelles et à souligner les limites des explications en termes de classes dont les contemporains étaient si friands. Si, par exemple, les chiffres semblent indiquer une baisse générale de l’assiduité à l’église ou à la chapelle à partir de la fin du XIXe siècle (« churchgoing »), c’est bien souvent parce que le sermon du dimanche a lieu chez les protestants en fin de matinée, heure où les femmes sont occupées à la préparation du très chrétien déjeuner dominical. Or, même lorsqu’elles ne participent pas à l’office du dimanche soir, celles-ci restent massivement impliquées dans nombre d’autres activités religieuses non représentées par les statistiques, comme celle des relevailles (« churching ») qui font l’objet d’une intéressante analyse.

4Le second apport de Callum G. Brown (chapitres 4, 5 et 6) consiste à proposer une nouvelle périodisation du déclin de la « Grande-Bretagne chrétienne », qu’il situe au début des années 1960 plutôt que dans les années 1890 : le XIXe siècle religieux finirait donc avec la révolution sexuelle et avec les premiers albums des Beatles (« plus connus que Jésus Christ » comme l’affirmait John Lennon). Ici l’auteur, partant de l’hypothèse selon laquelle les individus construisent et reconstruisent leurs identités au gré des circonstances en fonction d’un répertoire d’histoires et d’intrigues, se concentre sur des récits de vie qu’il trouve dans les romans victoriens, dans les tracts ou les magazines, dans les notices nécrologiques, dans les autobiographies, mais aussi dans un important corpus d’entretiens recueillis dans les années 1960 auprès d’Écossais et d’Écossaises nés vers la fin du XIXe siècle. Insistant sur les points communs plutôt que sur les différences au sein de cet ensemble hétérogène de récits de vies chrétiennes, l’auteur y trouve une même « structure narrative » : l’histoire y est presque toujours celle d’une conversion autour de laquelle se déploient des valeurs souvent résumées sous la forme d’une opposition entre les hommes et les femmes. Ainsi la piété y apparaît féminine et domestique, tandis que la masculinité y est un obstacle à surmonter dans la voie du salut (avec de rares exceptions, comme au moment de la Grande guerre). La boisson, le jeu et la violence, tendances masculines, témoignent, selon l’auteur, d’une inquiétante virilité qu’il faut pouvoir surmonter, presque toujours avec l’aide des femmes.

5Le lien entre les deux volets de cette étude repose donc sur une hypothèse simple : les femmes britanniques, considérées du point de vue de leurs pratiques quotidiennes, restèrent sous influence chrétienne jusqu’au milieu du XXe siècle. Un essai qui s’attache à réinterpréter deux siècles d’histoire religieuse dans leur ensemble, et qui se donne pour objectif de proposer un nouveau questionnaire plutôt que d’apporter des preuves définitives, prête inévitablement le flanc à la critique des spécialistes de tel ou tel domaine. Le livre présente néanmoins le mérite de mêler la critique des prédécesseurs à des propositions concrètes pour les travaux futurs. Du fait de son double intérêt pour la construction des statistiques et pour la structure narrative des identités, il propose en outre un utile tour d’horizon des enjeux, des concepts et des méthodes de la recherche actuelle en histoire religieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Vincent, « Callum G. Brown, The Death of Christian Britain. Understanding Secularisation, 1800-2000, Londres/New York, Routledge, 2001, 256 p. ISBN 0-415-24184-7. Relié : 65 livres sterling ; broché : 18,99 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 33 | 2006, 169-232.

Référence électronique

Julien Vincent, « Callum G. Brown, The Death of Christian Britain. Understanding Secularisation, 1800-2000, Londres/New York, Routledge, 2001, 256 p. ISBN 0-415-24184-7. Relié : 65 livres sterling ; broché : 18,99 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 33 | 2006, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/1168

Haut de page

Auteur

Julien Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page