Navigation – Plan du site
Lectures

Nigel Yates,The Religious Condition of Ireland, 1770-1850,Oxford, Oxford University Press, 2006, 401 p. ISBN :0-19-924238-0. 70 livres sterling.

Laurent Colantonio
p. 169-232

Texte intégral

1Contrairement aux idées reçues, longtemps véhiculées par l’historiographie et la mémoire nationale irlandaises, l’histoire religieuse de l’île depuis la Réforme n’a pas toujours été marquée par la lutte frontale entre catholiques et protestants : telle est l’hypothèse de travail de Nigel Yates, professeur d’histoire religieuse à l’université de Lampeter (Pays de Galles). Dans The Religious Condition of Ireland, l’auteur développe son argumentation à partir d’une double problématique. Il soutient tout d’abord que dans l’histoire des relations entre les trois principales confessions (l’Église établie – « high Church » –, l’Église catholique et les presbytériens), les années 1770-1850 furent déterminantes dans l’émergence des tensions qui, depuis, ont dominé l’histoire irlandaise. Selon Nigel Yates, jusqu’aux années 1800-1820, les Églises avaient plutôt opté pour une « stratégie de coopération et de tolérance mutuelle », avant que ne s’installe un climat de crispation religieuse qui fut fatal à ce « fragile œcuménisme » (p. XX). En parallèle, l’auteur associe les années 1770-1850 à un intense mouvement de réforme, qui traversa l’ensemble des confessions. Dans une perspective historiographique neuve, il souligne à quel point, au delà des différences et des oppositions, les programmes de réforme des uns et des autres se sont avérés proches.

2Dans le premier chapitre, Nigel Yates fait le constat de l’échec de la Réforme en Irlande entre 1560 et 1770, date à laquelle la population de l’île demeure au 4/5 catholique. Il décrit la coexistence (assez) pacifique qui s’est peu à peu instaurée, dans les premières décennies du XVIIIe siècle. Après une classique mais utile mise au point (chapitre 2) sur l’évolution du statut légal des catholiques en Irlande entre 1770 et 1850 (lois de 1793, émancipation de 1829…), il entre dans le vif de sa démonstration par une étude fine de la carrière des principales personnalités de la scène religieuse irlandaise (chapitre 3). Il justifie cette entrée par le sommet en précisant que nombre de ces hommes furent les promoteurs de la dynamique réformatrice du dernier tiers du XVIIIe siècle.

3Quittant le haut clergé, l’auteur examine ensuite les grands axes du programme de réforme, tel qu’il fut appliqué (chapitre 4). Il détaille successivement les efforts entrepris pour améliorer la formation des prêtres et sanctionner leurs écarts de conduite (en 1829, les curés se virent par exemple interdire l’entrée des pubs, des bals populaires ou encore des champs de courses), les mesures pour limiter les pratiques populaires jugées immorales (alcool, veillées, sexualité…) ou, au contraire, celles prévues pour inciter les fidèles à respecter la liturgie officielle. En outre, Nigel Yates offre au lecteur la première étude détaillée (chapitre 6) du processus d’édification de nouveaux bâtiments religieux (notamment les premières cathédrales catholiques, autorisées par la loi de 1793) et de rénovation d’anciens, phénomène qu’il place au cœur du programme de réforme des années 1770-1850. Afin d’appuyer sa démonstration, il propose aussi quelques études de cas (chapitre 5), à partir d’un échantillon représentatif de diocèses et presbytères. Les sources consultées (archives diocésaines, comptes-rendus rédigés par les évêques à leur retour de mission pastorale) avaient jusqu’alors souvent été négligées, notamment dans les travaux consacrés au protestantisme. L’ensemble tend à confirmer l’efficacité, à moyen terme, des réformes entreprises, ainsi que l’assez grande proximité des projets engagés par les différentes confessions.

4Le chapitre 7 est particulièrement efficace. L’historien y analyse la face sombre des années 1770-1850 : la progressive détérioration des relations entre les Églises chrétiennes en Irlande. Il étudie les facteurs qui ont conduit à attiser les crispations, au premier rang desquels il place l’émergence, à partir de la fin du XVIIIe siècle, de l’évangélisme protestant. Selon Nigel Yates, « ce fut un désastre à plus d’un titre » (p. 271). En rupture avec l’attitude plus conciliante des dignitaires de l’Église établie et des presbytériens modérés, ce courant, très lié au méthodisme, s’est distingué par un prosélytisme et un antipapisme agressifs, qui ont largement contribué à briser le fragile équilibre entre les confessions. Cette attitude a accentué le raidissement de catholiques de plus en plus enclins à l’intransigeance (incarnée par l’archevêque John MacHale puis le cardinal Paul Cullen) et, ainsi, favorisé la création d’une alliance protestante (entre anglicans et presbytériens), jusqu’alors très improbable, et dont le révérend Henry Cooke fut la figure emblématique.

5L’ouvrage s’achève sur une étude comparée des réformes entreprises, au cours des mêmes années, dans d’autres « régions celtiques » : la Bretagne, le Pays de Galles, l’île de Man et les Highlands d’Écosse (chapitre 8). L’auteur pointe les similitudes avec l’expérience irlandaise, sur des territoires eux aussi confrontés à la désaffection des fidèles et à la persistance de formes « douteuses » de piété populaire (telle la pratique du baptême de fœtus morts dans le diocèse de Rennes). Il avance l’idée du « laboratoire » irlandais, source d’inspiration pour les programmes de reconquête religieuse à l’échelle de l’Europe (p. 311).

  • 1 . Emmet Larkin, « The devotional revolution in Ireland, 1850-75 », dans American Historical Review, (...)
  • 2 . Précisons que Nigel Yates n’est pas le premier ni le seul à critiquer la thèse de Larkin. Voir le (...)

6Rédigé dans une perspective « œcuménique » revendiquée par l’auteur (p. XX-XXi), The Religious Condition of Ireland constitue une ouvrage de référence solidement argumenté (même si la thèse de l’exportation du modèle réformateur irlandais mériterait une étude plus systématique), foisonnant d’érudition et avantageusement complété par une iconographie de qualité, un index thématique, une bibliographie fournie et de minutieuses annexes statistiques. Nigel Yates propose une lecture originale de l’histoire des relations entre les Églises en Irlande depuis la Réforme, qui privilégie les années 1770-1850. Ce faisant, il prend à rebrousse-poil certaines thèses classiques, notamment celle d’Emmet Larkin, qui situe pour sa part le grand moment de la réforme au sein de l’Église catholique (le mouvement vers Rome, la normalisation des pratiques…) après 1850, sous l’influence et l’impulsion du Cardinal Cullen 1. Pour Nigel Yates, au contraire, Cullen n’a fait que « consolider les initiatives déjà engagées par ses prédécesseurs », entre 1770 et 1850 (p. 313)2.

Haut de page

Notes

1 . Emmet Larkin, « The devotional revolution in Ireland, 1850-75 », dans American Historical Review, n° 77, 1972, p. 625-652.

2 . Précisons que Nigel Yates n’est pas le premier ni le seul à critiquer la thèse de Larkin. Voir les travaux de Donal Kerr (1982), Sean J. Connolly (1982), Desmond J. Keenan (1983), Thomas McGrath (1991), Dáire Keogh (2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Colantonio, « Nigel Yates,The Religious Condition of Ireland, 1770-1850,Oxford, Oxford University Press, 2006, 401 p. ISBN :0-19-924238-0. 70 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 33 | 2006, 169-232.

Référence électronique

Laurent Colantonio, « Nigel Yates,The Religious Condition of Ireland, 1770-1850,Oxford, Oxford University Press, 2006, 401 p. ISBN :0-19-924238-0. 70 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 33 | 2006, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/1165

Haut de page

Auteur

Laurent Colantonio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page