Navigation – Plan du site

1848, des colonies et l'histoire

Nelly Schmidt

Résumés

Comment évoluèrent depuis 1948 la lecture et l'interprétation de la Seconde République dans les colonies, période courte mais souvent déterminante de leur histoire ? Le Centenaire a été celui de la célébration du " culte schoelcherien ", en même temps que débutait la départementalisation des colonies de Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion. Les années 1960-1970 ont vu naître un courant historiographique s'élevant contre un discours historique réducteur, remettant en cause les cloisonnements monographiques et franco-centristes, revalorisant la part des abolitionnistes européens et celle des esclaves eux-mêmes dans la suppression de la servitude. L'heure est à la comparaison au niveau international, notamment pour le cas des Caraïbes. Les chantiers de la recherche sont encore très ouverts grâce à l'existence de nombreuses sources portant sur la période : professions de foi électorales, articles de journaux, rapports parlementaires, échanges de correspondances politiques, sources d'origine religieuse, maçonnique, privée, sources judiciaires. Césure sociale, césure politique, 1848 ne peut toutefois être considérée comme une date-choc. Elle s'inscrit dans un continuum économique et colonial marqué par la confirmation de la monoculture sucrière — surtout aux Amériques —-, la poursuite d'une politique d'introduction massive de main d'œuvre extérieure sous-payée et de consolidation du régime colonial.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

1848, Colonies, Historiographie
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nelly Schmidt, « 1848, des colonies et l'histoire », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 14 | 1997, mis en ligne le 10 septembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/114 ; DOI : 10.4000/rh19.114

Haut de page

Auteur

Nelly Schmidt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page