Navigation – Plan du site
Lectures

John Ruskin, Selected Writings, edited by Dinah Birch, Oxford World’s Classics, Oxford, Oxford University Press, 2004, 324 p. ISBN : 0-19-280262-3. 8,99 livres sterling.

Emily Eells
p. 153-209

Texte intégral

1Le volume de Selected Writings de John Ruskin, édité et présenté par Dinah Birch, est la meilleure introduction à l’œuvre de ce maître à penser victorien que je connaisse. Ses écrits sont imposants à plus d’un titre, et tout d’abord parce que nul ne peut comprendre la culture britannique du XIXe siècle sans les avoir lus. Ils sont imposants aussi de par leur ampleur : John Ruskin a signé quelque 250 ouvrages, et son œuvre complète ne contient pas moins de 39 tomes de plus de 300 pages chacun. De par leur inaccessibilité, ensuite. L’œuvre complète éditée au début du XXe siècle ne l’a pas été depuis, et seuls quelques volumes isolés sont disponibles grâce à des rééditions récentes. Et finalement, de par la diversité de l’œuvre, qui en fait sa richesse. John Ruskin est connu autant comme critique d’art que comme critique de la société, et il aborde des sujets aussi variés que la géologie, l’économie politique et la religion, pour n’en citer que trois.

2En choisissant environ 30 extraits de cette vaste œuvre et en les présentant dans les 25 pages de son introduction éclairante, Dinah Birch a réussi à rendre John Ruskin lisible et humain. Car elle insiste sur la dimension autobiographique de cette œuvre, en lisant les différents tomes comme autant de chapitres dans la vie de l’auteur. Elle invite le lecteur à faire connaissance avec l’œuvre de John Ruskin, en regroupant sous la même couverture quelques-uns de ses textes fondateurs, dont le chapitre sur l’architecture gothique des Pierres de Venise et l’essai sur le socialisme britannique intitulé « Unto This Last » qui a tant marqué le Mahatma Gandhi. Les extraits sont en fait souvent des textes complets, comme par exemple la conférence intitulée « The Work of Iron » tirée de The Two Paths ou celle sur l’éducation des jeunes filles dans Sésame et les lys qui révèle la prise de position conformiste et conservatrice de l’auteur sur le sujet. Le choix de textes fait par Dinah Birch illustre l’idée principale qui domine l’enseignement de John Ruskin, à savoir l’importance de bien voir, de regarder le monde d’un œil franc et avide de connaissances. Dans une lettre ouverte adressée aux travailleurs anglais, John Ruskin exprime cette idée sans ambages et sur un ton moralisateur, car la voix du maître s’élève contre les jeunes femmes américaines qui, lors d’un voyage en train entre Venise et Vérone, préfèrent baisser le store de la fenêtre pour avoir un peu de fraîcheur plutôt que d’admirer l’impressionnant paysage jalonné de hauts lieux littéraires. Selon John Ruskin, en se privant ainsi de la vue, ces touristes américaines mènent une vie négative et même maudite, à l’opposé de la vie positive et bénie incarnée par la sainte Ursule peinte par Carpaccio. Rien n’indique que sous le titre de l’extrait du texte de John Ruskin – « Bénédiction » – se trouvent trois belles pages décrivant ce panneau du peintre vénitien. Un index à ce volume d’extraits aurait permis au lecteur de retrouver certaines références habitées par la pensée presque vagabonde de l’auteur des textes.

  • 1 . Voir Correspondance de Marcel Proust, édition établie par Philip Kolb, Paris, Éditions Plon, 1970 (...)

3On ne saurait critiquer le choix de textes proposé par Dinah Birch, qui a su en rendre les plus importants non seulement accessibles mais aussi compréhensibles, grâce à quelques notes explicatives judicieuses. On pourrait pourtant regretter, en tant que lecteurs francophones, qu’il n’y ait aucun extrait du volume que John Ruskin a consacré à la cathédrale d’Amiens, d’autant que, pour citer Marcel Proust qui l’a traduit en français, « Ruskin le considérait comme tout à fait représentatif de son système » 1. Mais Dinah Birch a raison de considérer que d’autres textes sont encore plus représentatifs que La Bible d’Amiens, et de les réunir dans Selected Writings pour y présenter tout le système de la pensée ruskinienne.

Haut de page

Notes

1 . Voir Correspondance de Marcel Proust, édition établie par Philip Kolb, Paris, Éditions Plon, 1970-1993, volume 3, p. 180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emily Eells, « John Ruskin, Selected Writings, edited by Dinah Birch, Oxford World’s Classics, Oxford, Oxford University Press, 2004, 324 p. ISBN : 0-19-280262-3. 8,99 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 32 | 2006, 153-209.

Référence électronique

Emily Eells, « John Ruskin, Selected Writings, edited by Dinah Birch, Oxford World’s Classics, Oxford, Oxford University Press, 2004, 324 p. ISBN : 0-19-280262-3. 8,99 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 32 | 2006, mis en ligne le 04 novembre 2008, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/1124

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page