Navigation – Plan du site
Lectures

Simon Bainbridge, British Poetry and the Revolutionary and Napoleonic Wars. Visions of Conflict, Oxford, Oxford University Press, 2003, 259 p. ISBN : 0-19-818758-0. 61 livres sterling.

Renaud Morieux
p. 153-209

Texte intégral

  • 1 . Voir par exemple Gillian RUSSELL, The Theatres of War: Performance, Politics, and Society, 1793-1 (...)

1La guerre est l’un des thèmes centraux de l’imaginaire du premier romantisme en Grande-Bretagne. Le théâtre a ainsi fait l’objet d’études de qualité, articulant l’histoire littéraire et les approches socioculturelles 1. La poésie reste en revanche encore l’apanage des critiques littéraires plus que des historiens, comme en témoigne ce livre, dont l’enjeu central est le suivant : comment les poètes britanniques des années 1790 ont-ils rendu compte des conflits se déroulant sur le continent européen pendant la période révolutionnaire et impériale ?

2Les auteurs ici étudiés font partie du panthéon littéraire d’outre-Manche, de Robert Southey, poète et propagandiste de talent, à Lord Byron ou Sir Walter Scott, la figure tutélaire de la période. La construction de l’ouvrage est assez éclatée, chaque chapitre étant consacré à un ou deux auteurs et à un moment particulier, laissant au lecteur la charge de donner sens à l’ensemble, à l’exception notable du premier chapitre. Si l’intérêt de ce travail pour le critique littéraire ou le spécialiste du romantisme est probable, l’historien moyen aura plus de mal à faire son miel d’analyses qui restent avant tout internalistes. Ainsi, le rôle de la guerre dans la « remasculinisation de la poésie pendant la période romantique » (p. vii) n’est étudié qu’à travers les procédés d’écriture des sonnets de Wordworth en 1802-1803, montrant l’omniprésence du thème de l’effeminacy chez le poète. Rien en revanche sur la place des femmes dans l’espace intellectuel britannique à l’époque, qu’elles soient auteures, journalistes, traductrices ou lectrices.

3Au final, le problème soulevé par ce livre n’est pas mince : une histoire du littéraire proprement historienne suppose à la fois de rendre compte de l’originalité du processus de création, et d’inscrire les textes dans leur contexte non seulement intellectuel mais aussi sociologique. Si la première partie de ce programme est remplie par ce livre, la deuxième dimension en est totalement absente.

Haut de page

Notes

1 . Voir par exemple Gillian RUSSELL, The Theatres of War: Performance, Politics, and Society, 1793-1815, Oxford, Clarendon Press, 1995 ; sur la musique, voir les contributions de Roz SOUTHEY et de Susan WOLLENBERG dans Mark PHILP (ed.), Resisting Napoleon: The British Response to the Threat of Invasion, 1797-1815, Aldershot, Ashgate, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Morieux, « Simon Bainbridge, British Poetry and the Revolutionary and Napoleonic Wars. Visions of Conflict, Oxford, Oxford University Press, 2003, 259 p. ISBN : 0-19-818758-0. 61 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 32 | 2006, 153-209.

Référence électronique

Renaud Morieux, « Simon Bainbridge, British Poetry and the Revolutionary and Napoleonic Wars. Visions of Conflict, Oxford, Oxford University Press, 2003, 259 p. ISBN : 0-19-818758-0. 61 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 32 | 2006, mis en ligne le 04 novembre 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/1121

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page