Navigation – Plan du site
Lectures

Hera Cook, The Long Sexual Revolution. English Women, Sex, and Contraception. 1800-1975, Oxford, Oxford University Press, 2004, 412 p. ISBN : 0-19-925239-4. Relié : 45 livres sterling ; broché : 24 livres sterling.

Nicole Edelman
p. 153-209

Texte intégral

1Hera Cook, historienne, lecturer à l’université de Birmingham au Royaume-Uni, s’attache à éclairer les transformations de la sexualité britannique de 1800 à 1975 en montrant l’importance du développement de la contraception qui permit de dissocier sexualité et reproduction. Certes, le propos n’est pas nouveau et la sexualité est un objet d’étude historique depuis déjà quelques décennies. Hera Cook est cependant représentative d’une nouvelle génération d’historiennes et d’historiens (malheureusement encore bien plus anglo-saxonne que française), immergée depuis le début de ses études dans un enseignement du genre (gender studies), pour laquelle sexe et genre sont socialement construits.

2Le livre concerne essentiellement le XXe siècle mais les développements sur le XIXe siècle sont nombreux et novateurs sur un certain nombre de points. Prenant en effet pour base première de son travail des statistiques démographiques, des archives ou des rapports émanant de lieux divers concernant la population, Hera Cook en tire des hypothèses qu’elle complète ensuite et confirme par d’autres écrits : journaux, correspondances et livres imprimés de toutes sortes. Elle insiste ainsi sur le poids particulier que fait peser l’exceptionnel taux de fécondité des deux premières décennies du XIXe siècle sur les femmes britanniques : un point d’apogée est ainsi atteint en 1816 avec huit enfants par femme mariée. En déclinant un certain nombre d’arguments, Hera Cook propose alors l’hypothèse selon laquelle les femmes anglaises mariées ont cherché à faire baisser le nombre d’enfants parce que ce nombre était devenu beaucoup trop lourd et trop dur à supporter. Pour comprendre la sexualité des femmes – celle des femmes mariées – elle prend donc en compte cette souffrance, cette usure du corps que constitue la reproduction mais aussi le risque de tout acte hétérosexuel pour une femme. Elle souligne qu’un(e) historien(ne) de la sexualité doit recentrer son approche sur la « plus grande conséquence » possible d’un rapport hétérosexuel, à savoir la grossesse et son coût à la fois physique et économique. Elle estime que les sensations de souffrance et de plaisir du corps et les réactions de l’esprit s’entremêlent dans les caractères de la sexualité. Hera Cook en déduit d’autant mieux les immenses conséquences de l’introduction de la contraception pour les femmes dans leur rapport à la sexualité. Sa recherche se fonde donc en grande partie sur une mise au jour et une analyse d’un certain nombre de statistiques : taux de fécondité, de mortalité infantile, proportion de femmes mariées, âge des mariages, allaitement maternel et leurs conséquences sur le corps et l’esprit des femmes. L’historienne ne néglige pas pour autant le cadre social, religieux et légal, et note ainsi la possibilité pour les femmes anglaises de témoigner devant un magistrat de la paternité de leur enfant, ce qui est impossible en France au même moment. Cette mise en relation étroite entre sexualité, expérience sexuelle des femmes et taux de fécondité, dans leurs fluctuations, paraît pertinente en ce qu’elle permet de mettre au jour des motivations propres aux femmes.

3Pour expliquer la baisse des naissances après le pic des deux premières décennies du XIXe siècle, Hera Cook affirme que les Anglaises pratiquant par ailleurs, comme partout, l’avortement ont commencé à avoir accès à des informations sur la contraception dans les années 1820, à savoir sur la « méthode du retrait » (ce que les Français nomment plutôt coïtus interruptus), le seul moyen efficace avec, bien sûr, l’abstinence. Il est certes aussi question d’éponges introduites dans le vagin, de préservatifs masculins, d’injections vaginales spermicides mais plus tardivement et donnés souvent comme peu fiables, difficiles à obtenir et à manipuler sans l’aide d’un médecin. Selon l’historienne, cette possibilité de contrôle des naissances est essentielle pour comprendre la sexualité des femmes et elle ne ressortit donc pas seulement à la médecine. En mettant en relation étroite l’évolution du taux de fécondité (qui baisse régulièrement après 1816 jusqu’à la fin des années 1840, puis remonte lentement jusqu’aux années 1870, avant de redescendre brusquement pour atteindre son point le plus bas dans les années 1930) avec l’autonomie économique (ou non) des femmes et avec leur comportement sexuel, elle postule un changement dans le comportement sexuel des femmes au cours du XIXe siècle, estimant que le taux de natalité ne peut baisser que s’il y a une diminution des relations hétérosexuelles. De nombreuses femmes, surtout dans la middle class (35 pour cent de celles âgées de 25 et 34 ans en 1851), sont ainsi seules ou veuves, préférant rejeter toute relation hétérosexuelle plutôt que d’avoir un enfant. D’autre part, Hera Cook conteste l’interprétation formulée par Michel Foucault dans le premier tome de son Histoire de la sexualité autour d’une prolixité du discours sur la sexualité puisqu’elle souligne qu’elle est seulement masculine. S’appuyant sur des textes de femmes, elle affirme qu’en se plaçant au niveau des femmes et de leur corps, on met au jour au contraire une très grande retenue dans ce domaine, voire un devoir de silence. Les femmes, parce qu’elles peuvent être enceintes, intériorisent des règles sexuelles restrictives qui leur sont propres et que leur corps leur enjoint de respecter. Ces règles, et donc le rapport au plaisir des femmes, évoluent cependant au cours du XIXe siècle. En observant les statistiques des naissances illégitimes, Hera Cook montre qu’elles indiquent un taux relativement haut au début du siècle qui devient beaucoup plus bas à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, validant alors seulement la pruderie victorienne. L’importance donnée par Hera Cook au corps des femmes, son attention portée à sa souffrance, à sa fatigue et à l’anxiété voire à l’angoisse de la grossesse permet, en focalisant l’analyse sur une différence biologique fondamentale entre les sexes, de porter un nouveau regard sur la sexualité des femmes, mais contraint peut être aussi à laisser dans l’ombre d’autres facteurs discursifs relevant de la représentation. Cependant, le livre d’Hera Cook et ses hypothèses sont stimulants et invitent à la comparaison, en particulier avec la France où les comportements démographiques des femmes sont différents de ceux des Anglaises au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Edelman, « Hera Cook, The Long Sexual Revolution. English Women, Sex, and Contraception. 1800-1975, Oxford, Oxford University Press, 2004, 412 p. ISBN : 0-19-925239-4. Relié : 45 livres sterling ; broché : 24 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 32 | 2006, 153-209.

Référence électronique

Nicole Edelman, « Hera Cook, The Long Sexual Revolution. English Women, Sex, and Contraception. 1800-1975, Oxford, Oxford University Press, 2004, 412 p. ISBN : 0-19-925239-4. Relié : 45 livres sterling ; broché : 24 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 32 | 2006, mis en ligne le 12 juillet 2006, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/1118

Haut de page

Auteur

Nicole Edelman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page