Navigation – Plan du site
Lectures

David Harvey, Paris, Capital of Modernity, New York et Londres, Routledge, 2003, 372 p. ISBN 0-415-94421-X. 25 dollars.

Pamela Pilbeam
p. 153-209

Texte intégral

1David Harvey, qui a été successivement professeur à l’université Johns Hopkins (Baltimore), à Oxford, à la CUNY (City University of New York) et à la London School of Economics, est l’auteur de dix livres, dont The Condition of Post-Modernity, Social Justice and the City, Spaces of Capital, The Limits to Capital et The New Imperialism. Paris, Capital of Modernity traite de la modernisation de Paris entre 1848 et 1871. Les trois parties de l’ouvrage concernent, en premier lieu, les représentations de Paris entre 1830 et 1848, surtout celles de Balzac et des socialistes ; la seconde partie, la plus longue, s’intéresse au processus et aux conséquences de la modernisation ; une petite conclusion, intitulée « Coda », traite de la Commune de 1871 et de la construction de la basilique du Sacré-Coeur.

2David Harvey estime que la modernisation doit se comprendre comme un processus de « construction destructive ». 1848 constitue, pour lui, l’année décisive. Après tous les événements de 1848, il suggère que la bourgeoisie a préféré le despotisme de Louis-Napoléon à la république démocratique et dangereuse des classes populaires. Pour Harvey, c’est ce conflit de classes, analysé en termes marxistes et de fait assez « rétro », qui fut tout à la fois l’un des facteurs et l’une des conséquences décisives de la modernisation. Haussmann, nommé préfet de police par Louis-Napoléon en 1853, fut le deuxième acteur significatif de cette modernisation. Bien que commencée avant 1848 (par exemple la rue de Rivoli), une transformation sans précédent de la ville a alors été facilitée par les innovations financières des Pereire et les révolutions des techniques de construction. La vie économique et sociale est bouleversée : les ouvriers deviennent moins indépendants et spécialisés ; ils sont isolés à la périphérie de la capitale – à Belleville notamment –, loin de leur travail. Par la volonté d’Haussmann et de la bourgeoisie, l’ancienne communauté urbaine est fragmentée entre les quartiers nord et est, prolétaires, et les quartiers centre et ouest, bourgeois. 1848 présage aussi une révolution des sensibilités. Les œuvres de Flaubert et de Baudelaire annoncent la fin du romantisme et de l’utopie. Le matérialisme bourgeois domine. L’industrie, jugée insalubre, est éloignée du centre de Paris, à l’exception de la production des articles de luxe. Le centre bourgeois devient le lieu du spectacle de la grandeur impériale, puis de l’exercice de la grande consommation bourgeoise. Le prix des propriétés centrales double entre 1850 et 1870, mais vers 1863 les finances des Pereire et d’Haussmann deviennent fragiles et leurs entreprises échouent. En 1870, la dette municipale a accaparé 44 % du budget parisien. Le chômage, grand cauchemar de 1848 a été écrasé ; et vers 1865 20 % des ouvriers travaillaient dans la construction. Mais le travail est devenu moins sûr et les loyers artisanaux ont beaucoup augmenté Le Commune de 1871 est ainsi née non seulement de la défaite de 1870, mais aussi de tous les conflits sociaux et problèmes économiques qui étaient des conséquences de la modernisation.

3Il y a beaucoup à apprécier dans ce beau livre, par exemple sa structure thématique, avec de petits chapitres comme « Organisation of Space Relations », « Money, Credit and Finance », « Consumerism, Spectacle and Leisure » ainsi qu’un beau chapitre sur Balzac. Mais il y a malheureusement de nombreuses répétitions. Écrit surtout pour le grand public, ce livre offre une synthèse de textes du XIXe siècle sur Paris et de travaux historiques récents. Néanmoins, les références aux premiers proviennent presque toujours de livres secondaires et apparaissent sans mention à leur source originelle. Comment peut-on écrire sur des socialistes français, qui constituent apparemment pour l’auteur un élément important de cette histoire, sans avoir lu aucun de leurs livres, – ni Louis Blanc, ni Cabet, ni Proudhon, ni Fourier, ni Considerant… ? Il est également regrettable que les éditeurs n’aient pas porté plus d’attention aux détails. On trouve trop d’erreurs typographiques et quelquefois des erreurs de dates. David Harvey cite souvent une enquête sur l’industrie de 1847-48, alors que celle-ci n’a pas été menée sous la Monarchie de Juillet, mais sous la Seconde République, en 1848-49 : il n’y a certes qu’une année de différence, mais elle correspond à un changement total de philosophie sociale du régime. On ne s’attend pas à trouver « Versaille » et « Palais Royale » dans un tel livre. « Capital », « cannon », « metal » et quelques autres termes collectifs n’ont pas besoin d’être mis au pluriel. Les erreurs sont surtout inexcusables parce que l’essentiel de ce livre a déjà été publié par les Presses de l’université Johns Hopkins en 1985. Ce qui se perçoit surtout dans la bibliographie, où on ne rencontre, par exemple, aucune mention des travaux Robert Tombs sur la Commune ou de Raymond Jonas sur le Sacré-Coeur. On trouve pourtant dans ce livre un grand nombre d’illustrations marquantes plus ou moins connues – en particulier des caricatures de Daumier. Malheureusement, à nouveau, les références ne sont pas fiables. Quelquefois une référence est donnée pour une illustration qui n’est pas là, et à l’inverse, il y a des illustrations fort intéressantes – comme la « carte » de Paris en forme de femme (p. 268) –, sans référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pamela Pilbeam, « David Harvey, Paris, Capital of Modernity, New York et Londres, Routledge, 2003, 372 p. ISBN 0-415-94421-X. 25 dollars. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 32 | 2006, 153-209.

Référence électronique

Pamela Pilbeam, « David Harvey, Paris, Capital of Modernity, New York et Londres, Routledge, 2003, 372 p. ISBN 0-415-94421-X. 25 dollars. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 32 | 2006, mis en ligne le 12 juillet 2006, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/1113

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page