Navigation – Plan du site
Lectures

Christophe Voilliot, La candidature officielle. Une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République, Collection Carnot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, 298 p. ISBN : 2-7535-0122-X. 20 euros.

Raymond Huard
p. 153-209

Texte intégral

1Dans une collection à la présentation élégante et parfaitement lisible, Christophe Voilliot propose une version très remaniée de sa thèse de science politique soutenue en décembre 2002 à Nanterre, sous la direction de Bernard Lacroix. L’auteur est parti d’une idée qu’il juge « reçue » : la candidature officielle est habituellement considérée comme caractéristique du Second Empire alors qu’en réalité elle a été pratiquée plus ou moins par tous les régimes qui se sont succédé au XIXe siècle dès qu’il y a eu des élections disputées. C’est donc à montrer à la fois la continuité de ces pratiques et aussi leur évolution que l’ouvrage est consacré. Pour cela, Christophe Voilliot a rassemblé une documentation considérable fondée à la fois sur de très vastes lectures (dont témoigne une bonne bibliographie) et sur des dépouillements d’archives, soit nationales soit de quelques départements (essentiellement Côte d’Or, Nièvre et Yonne). Il l’utilise avec bonheur, et l’ouvrage abonde en faits originaux et documents de grand intérêt reproduits in extenso, qui seront utiles aux enseignants. Spécialiste de science politique, l’auteur est également bien informé des problématiques de sa discipline auxquelles il se réfère fréquemment, non sans quelques lourdeurs de style ; enfin, il est fortement influencé par les analyses de Pierre Bourdieu et surtout de Norbert Elias.

2L’ouvrage est construit de façon très claire en trois parties : genèse de la candidature officielle, généralisation de l’usage de celle-ci, puis mise en question sous deux formes, par contestation ou « euphémisation ». Dans chacune de ces parties, l’auteur affirme avec une certaine vigueur des idées bien tranchées, et c’est ce qui fait l’intérêt réel de ce livre, puisqu’il sollicite la discussion. Nous retiendrons donc quelques points essentiels. Comment d’abord définir la candidature officielle ? L’auteur le fait à l’issue de son premier chapitre : « Il s’agit d’un ensemble de transactions entre agents mobilisés pour l’extension de charges électives qui fonctionne comme un mécanisme de «concentration de capital symbolique» (Pierre Bourdieu) à travers un travail de mobilisation relatif à l’opération électorale et qui donne ainsi naissance à un répertoire d’action spécifique » (p. 71). Cette définition est très large, trop large même à notre avis car elle pourrait s’appliquer à peu près à toute action électorale. Mais en fait, dans le cours de son ouvrage, l’auteur l’interprète de façon plus restreinte et raisonnable comme l’ensemble des pratiques par lesquelles le gouvernement ou ses représentants tentent d’influencer le résultat de l’élection. Est-il si certain qu’il existe une « idée reçue » limitant ces pratiques à l’époque du Second Empire ? Certes ce régime leur a donné une forme particulièrement nette puisqu’il a déclaré certains candidats comme ceux du gouvernement et leur a réservé certains avantages (l’affiche blanche). C’est ce qui fait qu’il y a bien une spécificité, reconnue par les historiens, du Second Empire en ce domaine. Mais la plupart de ceux-ci, à commencer par Charles Seignobos (La Seconde République et le Second Empire, p. 288-90) ainsi que Louis Girard (que cite d’ailleurs l’auteur p. 71), ont considéré également que l’intervention du gouvernement lors des élections au profit de certains candidats n’était pas, et de loin, propre au régime de Napoléon III. Quand ont commencé ces pratiques ? Christophe Voilliot estime que c’est à l’occasion des élections de 1816, tout en reconnaissant qu’on en trouve des traces – et plus que des traces sans doute – sous le Directoire, c’est-à-dire en fait dès qu’il y a eu combat entre des tendances politiques assez nettes, afin d’obtenir une majorité dans les assemblées. Il est bien vrai toutefois qu’après la dissolution de la Chambre introuvable, le gouvernement avait tout intérêt à peser sur le scrutin pour remporter une majorité favorable. L’auteur nous donne à cette occasion une bonne description des élections de 1816 et il souligne en particulier l’importance du choix des présidents de collège électoral, antichambre en quelque sorte de la candidature officielle.

3La seconde partie est la plus complexe et la plus longue (44 % de l’ouvrage). Christophe Voilliot y étudie sur les trois premiers quarts du siècle, les divers aspects de la candidature officielle. Il en montre l’inégal développement selon les périodes ainsi que dans l’espace. La pression officielle bien qu’atténuée ne disparaît pas sous la Seconde République. L’impact du suffrage « universel » est à notre avis un peu sous-estimé. Il est pourtant évident qu’avec l’extension massive du suffrage, on change d’échelle, que les pratiques d’influence, assez faciles à mettre en œuvre avec des électeurs peu nombreux, ne sont plus de mise et c’est ce fait nouveau qui conduira le Second Empire à systématiser la pratique de la candidature officielle, mais, curieusement, l’auteur néglige un peu ce régime (onze pages seulement). Il expose enfin de façon plus neuve les pratiques administratives et le travail électoral des agents de l’Etat (sélection des candidats, mobilisation des électeurs et des fonctionnaires, élaboration d’un « savoir faire » électoral). Pour Christophe Voilliot, c’est la notion de « notabilités » plus que celle de « notables » qui permet de rendre compte de la candidature officielle. La nuance est subtile et il faudrait évidemment l’appuyer par des exemples détaillés et des considérations chiffrées.

4Dans la troisième partie, l’auteur retrace le déclin de la candidature officielle dès 1869, sous l’effet des critiques des opposants et des événements politiques et il caractérise cette évolution comme une « euphémisation ». On passe en somme de la candidature officielle à la candidature officieuse, celle-ci survivant surtout dans les régions les moins développées (Corse, Lozère). Cette troisième partie nous a paru la plus neuve et la plus réussie de l’ouvrage. Christophe Voilliot explique cette évolution par l’élévation du niveau culturel moyen, et l’intervention plus active des « nouvelles couches sociales ». Il montre la formation d’une « vision légitime » de l’élection. On touche là au domaine immense de la « moralisation » de l’élection, de la recherche de remèdes à des pratiques diverses dont la candidature officielle ou officieuse n’est qu’une faible partie. La persistance « en pointillé » d’une intervention étatique n’est pas discutable. A-t-elle retardé en France la naissance des partis ? C’est plus douteux, car cette intervention ne favorisait de toute façon que les forces gouvernementales.

5En fin de compte, s’il nous a paru discutable sur quelques points, le livre de Christophe Voilliot qui atteste de vastes connaissances dans le domaine des pratiques électorales et qui se lit avec intérêt, est stimulant et ouvre de vastes perspectives. Il témoigne utilement de l’intérêt croissant porté aux pratiques électorales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Huard, « Christophe Voilliot, La candidature officielle. Une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République, Collection Carnot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, 298 p. ISBN : 2-7535-0122-X. 20 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 32 | 2006, 153-209.

Référence électronique

Raymond Huard, « Christophe Voilliot, La candidature officielle. Une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République, Collection Carnot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, 298 p. ISBN : 2-7535-0122-X. 20 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 32 | 2006, mis en ligne le 12 juillet 2006, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/1110

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page