Navigation – Plan du site
Lectures

Guillaume Cuchet, Le crépuscule du purgatoire, préface de Philippe Boutry, Paris, Éditions Armand Colin, 2005, 254 pages, ISBN : 2-200-26901-3. 26 euros.

Nicole Edelman
p. 153-209

Texte intégral

1Si aujourd’hui les hommes pensent à leur mort en la souhaitant rapide, voire subite, nos ancêtres espéraient au contraire une lente agonie vécue dans leur maison au milieu des leurs. La plupart pensaient en effet que très probablement leur âme irait au Purgatoire, l’une des trois destinations possibles avec l’Enfer et le Paradis. Ainsi, en 1859, le curé d’Ars affirmait-il : « Quant à ce qui concerne le Purgatoire, tout le monde y va et tout le monde doit le craindre ». Ces années 1850 sont le début de profondes modifications d’une croyance qui s’était imposée plusieurs siècles auparavant. Dans Le crépuscule du purgatoire, Guillaume Cuchet, maître de conférences à l’université d’Avignon, interroge ces transformations en se demandant comment « le “système du Purgatoire” tel qu’il s’était imposé puis établi et consolidé sans modification majeure du XVIe au XIXe siècle dans les consciences et les conduites religieuses des clercs et des fidèles catholiques [a pu], après avoir connu une sorte de “recharge” et d’apogée tardif dans les dernière années du XIXe siècle, s’affaisser et s’effacer presque complètement des représentations religieuses et de l’enseignement clérical dans le second tiers du XXe siècle » (préface de Philippe Boutry, p. 6) Guillaume Cuchet note en effet un sommet historique de la dévotion au Purgatoire au tournant des XIXe et XXe siècles, suivi d’un recul manifestement lié l’impact considérable de la Grande guerre. Il étudie donc ce renouveau du Purgatoire au XIXe siècle dans ses principales caractéristiques, puis cet affaissement brutal.

2Les travaux fondateurs de Philippe Ariès nous avait déjà appris que le XIXe siècle était le temps du « culte des morts » dont le cimetière du Père Lachaise, ouvert en 1804, est un des lieux symboliques. Ce culte des morts est aussi celui de la famille ; pour ceux qui restent en effet, la croyance au purgatoire autorise l’espoir d’un court séjour expiatoire, écartant l’horreur de l’Enfer dans une époque où se multiplient les morts inquiétantes survenues dans l’indifférence voire dans l’impiété. L’idée du Purgatoire est donc en accord avec celle d’une proportionnalité nécessaire des sanctions et d’une miséricorde divine. Elle permet aussi de s’opposer au spiritisme et dans cette lutte, Guillaume Cuchet montre que l’enjeu était d’abord celui d’un risque d’hybridation avec la foi catholique. L’étude qu’il a pu mener à Rome en particulier sur les dossiers des anciennes congrégations du Saint-Office et de l’Index lui ont permis de préciser ce combat. Dans ce cadre, le culte du Purgatoire rend « les services les plus décisifs en occupant solidement le créneau affectif et religieux convoité par le nouveau «culte des esprits» ». Ce réveil du purgatoire autour de 1850 s’appuie sur un ensemble doctrinal antérieur fort bien construit mais relevant plus de la tradition que des Écritures ; en y puisant de manières diverses, le XIXe siècle le reconfigure en fonction de ses préoccupations religieuses, affectives et culturelles. En ce siècle de marialisation croissante des formes de la piété, Marie devient ainsi « Reine du Purgatoire ». Si les vivants prient pour les âmes en attente de Paradis, les défunts en retour semblent eux aussi disposer de pouvoirs d’intercession. Sortes « d’anges gardiens alternatifs », ils demandent aide et secours à Dieu pour leurs proches. Les liens familiaux sont ainsi maintenus dans des dialogues bien proches de ceux que pratiquent les spirites. De même, les âmes du Purgatoire peuvent apparaître aux vivants mais à la différence des « esprits » du spiritisme, elles le font rarement, toujours en vue de finalités spirituelles bien définies et… sans bavardage inutile. Guillaume Cuchet a ainsi repéré et étudiés 45 récits d’apparitions entre 1830 et 1929 autour d’un bloc central allant de 1870 à 1910. Les voyants sont en majorité des femmes (72 %), la part des jeunes est notable (36 %) et du point de vue social, deux groupes se distinguent : les domestiques (19 %) et les religieuses (53 %). Les âmes du Purgatoire sont donc d’abord vues par de jeunes religieuses, novices ou professes. Or les œuvres du Purgatoire se multiplient au XIXe siècle, elles célèbrent en particulier des messes à l’unité en nombre variable, des triduums, des neuvaines et des trentains grégoriens… Elles s’organisent autour de trois centres principaux : Cluny, Nîmes et surtout Montligeon (Orne) que Guillaume Cuchet étudie en s’appuyant sur des fonds d’archives jusque là ignorés. Il a ainsi non seulement dépouillé celui de l’œuvre expiatoire de Notre-Dame de Montligeon, fondé en 1884 par l’abbé Buguet, d’une grande richesse mais aussi ceux d’autres congrégations ou de confréries françaises ou étrangères.

3L’essoufflement de la dévotion au Purgatoire devient visible dès la fin du XIXe siècle mais c’est la « mort de masse » de la Grande guerre qui bouleverse le culte des morts. Dans les combats ou les tranchées, il devient impossible en effet de faire « une bonne mort » et impensable que les souffrances de ces hommes ne leur permettent pas d’aller « collectivement et en droiture du champ de bataille au ciel ». Le Purgatoire n’est alors plus acceptable. Pourtant les raisons pour lesquelles il l’était sont complexes et l’une d’entre elles résidait justement dans le refus de se couper de ses morts. Le Purgatoire demeurait le lieu qui « arrimait solidement le ciel à la terre », où les vivants conversaient avec les défunts, où ils pouvaient les sentir proches avant le grand départ vers un au-delà si difficile à penser, Paradis ou Enfer. Le livre de Guillaume Cuchet nous permet ainsi de plonger dans les profondeurs de l’affectivité des contemporains de ces décennies : le Purgatoire devenant le support et le témoin d’une mutation anthropologique. Il nous montre comment le culte du Purgatoire a su donner forme et satisfaction à toute une gamme de situations qui mènent de la « crainte des morts » à la « piété des défunts » ; comment la croyance au Purgatoire fonctionna « comme un ultime verrou culturel sur le chemin de l’utopisation du «Ciel» en «au-delà» ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Edelman, « Guillaume Cuchet, Le crépuscule du purgatoire, préface de Philippe Boutry, Paris, Éditions Armand Colin, 2005, 254 pages, ISBN : 2-200-26901-3. 26 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 32 | 2006, 153-209.

Référence électronique

Nicole Edelman, « Guillaume Cuchet, Le crépuscule du purgatoire, préface de Philippe Boutry, Paris, Éditions Armand Colin, 2005, 254 pages, ISBN : 2-200-26901-3. 26 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 32 | 2006, mis en ligne le 12 juillet 2006, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/1106

Haut de page

Auteur

Nicole Edelman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page