Navigation – Plan du site
Lectures

Correspondance d’Alphonse de Lamartine (1830-1867). Tome VII : 1856-1867, textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, Librairie Honoré Champion, 2003, 1008 p. ISBN : 2-7453-0905-6. 140 euros.

Jean-Claude Caron
p. 153-209

Texte intégral

1Ce septième tome de la correspondance de Lamartine contient les lettres de la dernière partie de la vie du poète, historien, ancien homme politique de premier plan, réduit à un état de pauvreté qui le rend physiquement et moralement vulnérable. « Le temps du désespoir et de l’humiliation », résume Christian Croisille, qui ajoute, à propos de ces dernières années : « une longue agonie ». Lamartine en est réduit au statut de tâcheron de l’écriture alimentaire, en quête incessante d’argent, son caractère s’aigrissant à mesure que sa situation se détériore. Les chiffres obsèdent sa plume : le dû et l’avoir s’affrontent en permanence, le premier prenant systématiquement le pas sur le second. Puits sans fond, gouffre abyssal, toutes les métaphores ne sauraient épuiser l’impression que donne la lecture de ces lettres dont l’argent constitue le thème principal. L’idée d’exil (toujours le projet syrien) et celle de mort parcourent la correspondance : effets rhétoriques, certes, mais révélateurs de l’épuisement de l’écrivain. Une souscription nationale en sa faveur est lancée par ses amis, mais rapporte trop peu pour éviter la vente de Milly : c’est Lamartine lui-même qui prononce la dissolution du Comité parisien formé par ses amis, jugeant injurieux le résultat de cette initiative. Il tâte aussi de la loterie, lance un emprunt auprès des abonnés de son Cours familier de littérature. Après un long refus, anéanti par la mort de sa femme, compagne de sa déchéance, Lamartine se résout à accepter une « récompense nationale », d’abord proposée par Napoléon III par l’intermédiaire de La Guéronnière, puis votée sans enthousiasme par le Corps législatif, entre-temps réduite au quart de la proposition initiale. Il est vrai que l’empereur n’est pas rancunier envers un homme qui n’a de cesse de proclamer son hostilité à Napoléon Ier, « le fléau des hommes et des intelligences », comme il l’écrit à Thiers. Le mélange des genres est étonnant, Lamartine prenant les souscripteurs de son Cours familier de littérature – une entreprise qui, non sans difficultés ni soubresauts, lui permet de rester un peu à flot – comme témoins de ses malheurs personnels, sorte de confession pathétique, appel à l’aide non dissimulé.

2Le réseau des correspondants se rétrécit tant au plan qualitatif qu’au plan quantitatif. Certes, Hugo, Dumas père et Dumas fils, Hetzel, Lacordaire, Thiers, Quinet, Marie d’Agoult, Sainte-Beuve apparaissent ici ou là, au nom d’une solidarité, littéraire et/ou politique, avec le confrère ou l’ex-collègue ruiné, se prêtant au jeu du compliment, et parfois de la critique sans fard. On trouve aussi les noms, outre les familiers, du vaillant Dumesnil, secrétaire et gérant peu et mal payé des tristes affaires de Lamartine, et de Villemain, Pelletan, Texier, Ulbach, Mornand, Mistral, Karr, Janin, Legouvé, Nadaud ; ou encore Flocon, à qui, pince sans rire, mais parfaitement sincère, Lamartine propose son aide financière ; Caussidière, devenu négociant en vins avec lequel il est en affaire, et qui est jugé plus probe que sobre ; Persigny, un baron du régime dont la sollicitude à son égard est pourtant réelle ; Dupin, qui lui reproche d’avoir déserté le camp des conservateurs et de n’avoir pas su conserver la monarchie en février 1848 ; Garnier-Pagès, fier de l’œuvre accomplie en 1848 et peu enclin à l’autocritique. Ses relations avec les banquiers sont orageuses : Mirès, Milhaud, Rothschild, les Pereire, autant de créanciers las d’attendre un hypothétique remboursement de leurs prêts. Parmi les plus fidèles amis, on citera Victor de Laprade, Jean-Marie Dargaud, Joseph Martin-Paschoud. Les sujets de cette correspondance qui, on l’a dit, tourne en grande partie autour de la quête d’argent et du remboursement de dettes colossales – « Je n’ai que Barême dans l’esprit » –, témoignent d’un goût immodéré pour les idées les plus naïvement bancales, hypothétiques aventures fondées sur l’illusion que le nom de Lamartine conserve une aura suffisante pour attirer des prêteurs ou des souscripteurs. La grande entreprise de cette fin de vie, c’est donc le Cours familier de littérature, travail épuisant de compilation et parfois d’analyse originale des grands écrivains – ou jugés comme tels. Lamartine projette de le vendre dans le monde entier, espérant que sa notoriété constituera une publicité suffisante dans le Nouveau monde, dont il attend beaucoup : mais l’échec est cuisant, et l’écrivain fulmine contre ces « républicains rapaces et illettrés de l’Amérique du Nord ». Mais le monde littéraire français n’est guère enthousiaste non plus, sauf à prendre en compte les compliments de circonstance adressés par des confrères ou les remerciements emphatiques de ceux qui sont loués par Lamartine – ainsi Frédéric Mistral ou Laprade. Les attaques fusent aussi, les plus violentes émanant de Louis Veuillot, rarement aussi cruel. Un nouveau et précaire ballon d’oxygène est fourni à Lamartine par la mise en chantier de ses œuvres complètes, vendues par souscription.

3Au plan politique, Lamartine ne cesse de se dire républicain, s’offusque de ce que Napoléon III souscrive à son Cours familier, attaque méchamment les « doctrinaires ». À plusieurs reprises, il dit son rejet absolu du socialisme et de tout ce qui s’attaque à la propriété et à la religion. Ainsi s’oppose-t-il à la radicalité de Hugo, dont les Misérables contiennent en germe des solutions à la question sociale, que refuse Lamartine. On surprend ici ou là l’ancien chef de la République écrivant, de son point de vue, l’histoire du temps où il était aux affaires, justifiant ses actes, tenant à se distinguer surtout de Cavaignac, qualifié de « Marius africain ». La tentation autobiographique se manifeste dans quelques belles et fortes lettres, comme celle en date du 4 janvier 1859, récapitulatif de son parcours politique depuis la Restauration et plaidoyer pour son action. De même trouvera-t-on plusieurs lettres intéressantes sur sa politique italienne, écrites dans un contexte où la France intervient au côté du Piémont – ce contre quoi s’élève Lamartine (voir la lettre du 4 février 1859 à Sineo, député piémontais), critique sévère de la maison de Savoie, « les Allobroges de Turin », et partisan déclaré d’une solution confédérale. Il analyse avec crainte l’avènement de l’unité italienne comme prélude à l’avènement de l’unité allemande, l’une et l’autre concourant à l’affaiblissement de la France en Europe. De plus, Lamartine n’aime ni le despotisme militaire ni la guerre et le dit à plusieurs reprises. Aussi ne succombe-t-il pas à la « garibaldomanie » qui touche alors la France. Face à une politique impériale qui lui semble devenir impérialiste, il énonce son désenchantement et clame en être arrivé à l’« athéisme politique le plus complet ».

4Au total, s’il semble difficile de juger d’une vie en fonction de sa dernière partie, il apparaît que Lamartine, bien que dévoré par la peur d’être livré à ses créanciers ou écrivant que, à la manière des Girondins, il préfère la mort au déshonneur, reste lucide quant à l’évolution politique de son pays. On ne peut à proprement parler de ralliement au Second Empire, lecture forcée et inacceptable de son comportement. En revanche, son incompétence de gestionnaire est avérée, alimentée par un attachement viscéral à la terre de ses origines et par une foi intacte en la possibilité de s’en sortir par la seule force de sa plume. C’est sur ce point que cette correspondance est la plus intéressante : comment un individu appartenant au cénacle littéraire doit, malgré des revenus non négligeables procurés par la vente de ses vins, tirer de sa plume et de ses entreprises éditoriales un revenu suffisant pour tenir son rang. Au delà des propos réitérés contre l’ingratitude de la nation, de la France, de la race gauloise, révélateurs d’une aigreur quelque peu misanthropique, on surprend un écrivain dans un combat quotidien qui abolit de facto la frontière ténue entre le privé et le public. Lamartine expose sans fard à ses correspondants, y compris les moins intimes, l’état de son dénuement. Ce combat perdu a été mené avec une énergie qui étonne de la part d’un homme qui, né en 1790, aurait pu prétendre aspirer au repos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « Correspondance d’Alphonse de Lamartine (1830-1867). Tome VII : 1856-1867, textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, Librairie Honoré Champion, 2003, 1008 p. ISBN : 2-7453-0905-6. 140 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 32 | 2006, 153-209.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Correspondance d’Alphonse de Lamartine (1830-1867). Tome VII : 1856-1867, textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, Librairie Honoré Champion, 2003, 1008 p. ISBN : 2-7453-0905-6. 140 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 32 | 2006, mis en ligne le 12 juillet 2006, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/1105

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page