Navigation – Plan du site

" Le "suffrage universel" sous la Seconde République. État des travaux, questions en attente

Raymond Huard

Résumés

Les débuts quarante-huitards du suffrage " universel " sont encore incomplètement connus : législation, nombre d'électeurs, pratiques électorales concrètes, élections partielles, élections locales, incidence sur la politisation, impact à l'étranger. Durant la Seconde République la familiarisation avec les procédures du suffrage, commencée dès la Monarchie de Juillet (loi municipale de 1831), a continué de gagner du terrain. Le vote s'individualise tout en gardant des caractères collectifs. Au début de 1850, la majorité des républicains, ayant adopté une stratégie légaliste, compte sur une victoire par les urnes. La restriction du suffrage par la loi du 31 mai 1850 est un épisode majeur de la Seconde République. Elle divise le camp républicain en ravivant la critique du parlementarisme et de la représentation. Le rétablissement du suffrage " universel " par Louis-Napoléon facilita le coup d'État, et personnalisa le plébiscite en accentuant son caractère antiparlementaire au détriment de la majorité conservatrice de l'Assemblée. L'instauration du suffrage universel masculin, en donnant aux consultations électorales l'aspect d'une épreuve de masse, initia durablement les comportements politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Huard, « " Le "suffrage universel" sous la Seconde République. État des travaux, questions en attente », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 14 | 1997, mis en ligne le 20 juin 2005, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/110 ; DOI : 10.4000/rh19.110

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page